Peace piece - Bill Evans
00:00 / 00:00

© 2023 by Maple Park Family Practice. Proudly created with Wix.com

A propos de l'histoire et des principes de l'ostéopathie

Le Dr Still et les premiers âges 

L’ostéopathie est née aux USA sous l’impulsion d'un homme non conformiste Andrew Taylor Still (1828-1917) en juin 1874 dans le Kansas. Un pionnier, penseur, scientifique et philosophe empli d'une grande humanité. Très vite le Dr Still se fit une solide réputation et les patients commencèrent à affluer de toute la contrée. Mais face aux guérisons surprenantes qu'il obtenait beaucoup de médecins et hommes de pouvoir le diabolisèrent en le traitant de charlatan par jalousie et rivalité. Homme de courage et de volonté, il tint ferme malgré les sarcasmes et un système peu enclin à approuver cette nouvelle pratique de la médecine. 

 

Nous sommes en 1892 à Kirksville dans le Missouri et après une longue bataille juridique le "vieux docteur" reçoit enfin l'autorisation d'ouvrir les portes de son école,  l'American School of Osteopathy (ASO).

 

De 1892 à 1900 l'ostéopathie et son enseigement connaitront une expansion importante, et obtiennent progressivement le droit d’exercice dans tous les états. Mais les ostéopathes n'obtiendront leur statut médical actuel que progressivement entre 1930 et 1969.

 

Still se retirera progressivement et écrira quatre livres qui seront publiés dont sa remarquable Autobiographie (1897), Philosophie de l’ostéopathie (1899), Ostéopathie, Recherche et Pratique (1910), Philosophie et principes mécaniques de l’ostéopathie (1902-1986). En 1914 Still est atteint d’un ictus. Il est confiné dans sa chambre mais demeurera lucide jusqu’à sa mort le 12 décembre 1917 lors d'une nouvelle attaque d’ictus cérébral.

Trouver la santé devrait être l'objectif du docteur. N'importe qui peut trouver la maladie.

                       A.T.Still,       

                 Ostéopathie, recherche et pratique, p.20           

 

Structurel ou fonctionnel ?

Voilà un débat qui anime le monde de l'ostéopathie et de ses adeptes depuis longtemps, pourtant il n'a pas vraiment lieu d'être. Actuellement, nombreuses sont les personnes qui pensent qu'A.T.Still travaillait uniquement avec des techniques dites "structurelles" caractérisées par des manipulations à haute vitesse mais à basse amplitude appelées aussi "thrust". Ces techniques sont dirigées contre les barrières motrices articulaires, et semblent créer un phénomène de cavitation accompagnées d'un "pop" lors de leurs exécutions comme expliqué dans cette vidéo des chercheurs de l'université d'Alberta (USA).

Using MRI, researchers recorded in real-time what happens inside a joint when it cracks.The joint separation was associated with rapid creation of a gas-filled cavity within the synovial fluid, a slippery substance that lubricates the joints. Rapid cavity inception at the time of joint separation may cause the popping sound heard


Credit: Real-Time Visualization of Joint Cavitation
Gregory N. Kawchuk, Jerome Fryer, Jacob L. Jaremko, Hongbo Zeng, Lindsay Rowe, Richard Thompson, PLoS ONE April 15, 2015

Mais de nombreux textes infirment ces affirmations, en effet le Dr William Garner Sutherland élève direct de Still écrivit dans un de ses recueils, Contributions of Thought p.160, "Le Dr Still a guidé ma main et m’a permis de ressentir la lésion lorsqu’elle était exagérée, puis lorsque les agencements naturels poussaient les os à leur place." Ce type de technique a la particularité d'aller dans le sens de l'aisance d'une articulation, de la fonction articulaire, d'être douce et d'une grande précision. Mais elle demande en outre de développer une grande sensibilité perceptive et un vrai savoir faire, l'art ostéopathique ...

 

En fait il est fort probable que Still savait appliquer ces deux principes dans une même technique.

Une des rares vidéos d'A.T.Still lors de la démonstration de traitement ostéopathique d'une épaule sur l'un des balcons de l'ASO. Il est alors agé de 86 ans.

L"idée folle" du Dr W.G.Sutherland

Nous sommes en 1898 et William Garner Sutherland (1873-1954) alors jeune journaliste entend parler de l'ostéopathie et, surpris par les propos contradictoires la concernant, il décide de se rendre sur les lieux dans le but d'écrire un article. Il est très surpris de ce qu’il découvre, des malades arrivent par trains entiers de tous les Etats-Unis. Il y constate des résultats évidents et inattendus, et un enthousiasme indescriptible. Il décide alors de s'inscrire à l'ASO cette année là.

 

C'est pendant ses études dans les couloirs de l'ASO que soudain W.G.Sutherland a une «idée folle » : l’intuition de la possible mobilité des os du crâne :

 

« Alors que je restais à contempler, tout en pensant, inspiré par la philosophie du Dr. Still, mon attention fut attirée par les biseaux des surfaces articulaires de l'os sphénoïde. J'eus soudain cette pensée, – comme une pensée guide –, biseautées, comme les ouïes du poisson, indiquant une mobilité pour un mécanisme respiratoire. » 

 

C'est le 28 juin de l'année 1900 qu'il reçoit son diplôme d’ostéopathie des mains d'A.T. Still, mais il mettra plus de vingt années à accepter cette idée et à se lancer dans une étude exhaustive de l'anatomie sur la sphère crânienne. De par ses recherches et ses expérimentations, W.G. Sutherland va élargir les principes fondamentaux de l’ostéopathie et ainsi enrichir la science de l’ostéopathie par le concept crânien et sa compréhension du mécanisme respiratoire primaire.

 

Après de longues années d'expérimentation sur son propre crâne et dans sa pratique, W.G.Sutherland mit en place les bases biomécaniques  de la sphère crânienne, mais aussi le rôle des membranes et du système nerveux. 

 

W.G Sutherland fut ensuite confronté à la présence du fluide cérébro-spinal. Il se demanda alors quelle est la source du mouvement : « Il doit y avoir quelque chose de premier, puis quelque chose d’autre en second (…) Nous devons retourner à l’étincelle qui mit le moteur en route (…) retourner à la station centrale et à la raison première. 

 

Il décrivit alors d'après ses perceptions et son expérience clinique le mouvement du mécanisme de la respiration primaire comme étant constant et rythmique dans sa nature, réalisant un cycle de flexion et d’extension dans tout le corps à partir du commencement de notre vie et ce jusqu'à la fin. Plus tard le Pr Eric Blechschmidt (1904-1992), anatomiste Allemand et directeur du Anatomical Institute of Göttingen University de 1942 à 1973 confirmera ces données. Ainsi, " 50 ans après avoir étudié démontrer l'existence de cette « mobilité » de cette « respiration », Sutherland ne les considérait pourtant plus que comme une « adaptation », en ce qui concernait la mobilité articulaire, et une « manifestation », en ce qui concernait le phénomène respiratoire." Jacques Andreva Duval, Techniques ostéopathiques d'équilibre et d'échanges réciproques, édition Sully, 2008, p20. 

 

Le Dr Jealous résume en expliquant qu’« Au cours de ses explorations, la perception qu’avait le Dr Sutherland du mécanisme respiratoire primaire et de ses lois évolua, partant d’un système motivé de l’intérieur (c’est-à-dire le système nerveux central mobilisant les membranes, les membranes mobilisant les os et faisant fluctuer le liquide céphalo-rachidien), à un système catalysé par le Souffle de Vie.

 

En pratique, le Dr Sutherland a donc cheminé d'une conception mécaniste nécessitant l'appliquation de forces externes, vers une approche fonctionnelle, pour finalement arriver à traiter dans l'immobilité, puisque c'est l'Intelligence du système qui est aux commandes, l'ostéopathe devient alors par sa présence un point d'appui qui va permettre au système de s'équilibrer. 

 

Beaucoup de personnes pensent que l'ostéopathie dans le champ crânien est une pratique complémentaire voir alternative de l'ostéopathie. Mais pour nombre de praticiens et d'après le Dr Rollin Becker élève et membre du corps enseignant de la faculté de W.G.Sutherland (SCTF): "la recherche de W.G. Sutherland nous a donné le mécanisme respiratoire primaire, son anatomie et sa physiologie détaillées, non comme un élément séparé de la recherche du Dr Still, mais comme une unité intégrée à la science de l’ostéopathie." La continuité est claire et le feu continue de se transmettre de maître à élève ...

 

Laissez la fonction physiologique manifester son Potentiel inhérent plutôt que d'utiliser une force aveugle venue de l'extérieur.                                

W.G.Sutherland, 

Textes fondateurs de l'ostéopathie dans le champ crânien, p.115 

 

L'Europe et son histoire

 

L'ostéopathie s'implanta un peu plus tard en Europe par l'intermédiaire d'un médecin originaire d'Ecosse John Martin Littlejohn. Ce dernier fut à la fois élève et professeur de physiologie à l'ASO à partir de 1898, mais il se heurta au Dr Still quand à des questions relevant de la pratique et de l'enseignement. Ainsi le Dr Littlejohn quitta définitivement les USA en 1913 et contacta les premiers ostéopathes installés de Grande-Bretagne de formation américaine, et inaugura la British School of Osteopathy (BSO) à Londres en 1917. 

 

 

En France un des premiers propagateurs de l’ostéopathie est sans conteste Le docteur Robert Lavezarri (1866-1977). Originaire de Nice, il se forma auprès d’une ostéopathe Américaine, le Dr Florence Gair, élève direct de Still. Il s’installa à Paris en 1936. 

 

En 1957, Paul Gény (1912-1996), un Kinésithérapeute ayant travaillé avec Robert Lavezzari, fonde, en association avec Thomas Dummer, un ostéopathe anglais, le premier collège d’enseignement de l’ostéopathie s’adressant à des kinésithérapeutes : l’École Française d’Ostéopathie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus tard, dans le courant des années 60, plusieurs praticiens formés à l’école de Paul Gény (Francis Peyralade, René Quéguiner, Bernard Barillon) poursuivirent leur formation avec un ostéopathe anglais Denis Brookes, passionné d’ostéopathie crânienne. En 1964, ils réussissent le tour de force de faire venir un groupe de trois ostéopathes américains (Harold I. Magoun, Viola Frymann, Thomas Schooley, tous élèves directs du Dr Sutherland) pour enseigner les bases de l’ostéopathie crânienne.

 

 En 1965, pour des raisons juridiques, cette école a du s’expatrier en Angleterre, à Maidstone dans le Kent, et devint l’European School of Osteopathy (ESO ou École Européenne d’Ostéopathie). C’est dans ce collège qu’ont été formés bon nombre des premiers ostéopathes Français et Belges.

 

Aujourd'hui plusieurs pays reconnaissent la profession d'ostéopathe et la réglementent, en 1993 l'Angleterre fut le premier pays d'Europe à aller dans ce sens, dans la fouléee (1994) les pays scandinaves décidèrent d'un tronc commun d'études médicales mais seul la Finlande votera sa reconnaissance. Suivi en 2005 par l'Islande, il fallu attendre 2007 pour que la France réglemente à son tour la profession ... à quand la Belgique ... ?

 Je dirai qu’un ostéopathe intelligent accepte de se laisser gouverner par les lois immuables de la Nature, et ressent le devoir de faire circuler le fluide de place en place et d’avoir confiance en les résultats.                                

A.T.Still,          

Philosophie et principes mécaniques de               l’ostéopathie, p. 78              

 

Quelques figures incontournables de l'ostéopathie à travers le temps ...

Principes de l'ostéopathie 

L’ostéopathie est un art et une science qui a une philosophie propre avant d'être un système de soins. Je vous invite à découvrir ce document PDF pour plus de détails. Elle est donc dans sa nature différente de la médecine allopathique mais complémentaire. Pour faire simple elle vise à rétablir l’équilibre et l’harmonie dans le corps, lever les obstruction qui entrave l'expression de la santé et donc point important, à promouvoir cette dernière. 

 

C’est une pratique manuelle holistique qui prend en considération l’être dans son ensemble (physique, psychique, spirituelle) car le tout est plus que la somme des parties.

 

Au cours du temps la philosophie et les principes de l'ostéopathie établies par A.T.Still ont pu évoluer en fonction des pays et des cultures, et parfois perdre un peu son de son essence à savoir qu'il est question de réunir la science et la spiritualité ( pas la  religion) dans un système de Soins au service de nos contemporains.  Pour synthétiser les ostéopathes reconnaissent :
 

 

Quatre principes fondamentaux en ostéopathie que l'on retrouve dans le glossaire de la terminologie ostéopathique de l'American Osteopathic Association, ceux-ci ont été transmis à partir des enseignements du Dr. Andrew Taylor Still: 

1. Structure et fonction sont inter reliées à tous les niveaux.

 

  • La structure est une expression de la fonction.

2. Le corps possède des mécanismes autorégulateurs qui sont auto guérisseurs.

  •  La fonction est autonome.

3. L’être humain est une unité de fonction dynamique.

  • L’unité de la fonction est une expression de la SANTE.

4. Un traitement rationnel se base sur ces principes.

Known and Unknown. Nous pouvons aussi rajouter que Still enseignait que l'ostéopathie était la Nature. C'est un élément difficile à comprendre de prime à bord pour notre culture, mais Andrew Taylor Still était un penseur et un scientifique qui explorait les lois de la Nature, avec sa part visible et invisible. Les sciences explorant et décrivant la part "visible" du monde, la spiritualité la part invisible et organisatrice du monde. Ainsi il réalisa qu'il existait un principe organisateur qu'aucune recherche n'a pu encore expliquer et qui est que le corps tendent toujours vers la santé, dans la mesure de ses ressources et de son environnement. L'ostéopathie est donc plus qu'un ensemble de technique, mais bien une philosophie ...

 

      Le terme fonction ne s'applique pas seulement aux activités végétatives de l'organisme, telles que la circulation, la respiration, la digestion, etc. Il inclut également des activités telles que la pensée, la sensation, l'expression créatrice, la méditation et même l'aspiration spirituelle.                                

                            Viola Frymann           

Philosophy of Osteopathy in Collected Paper p. 280                

 

L'ostéopathie biodynamique

L'approche biodynamique de l'ostéopthie qu'est-ce que c'est au juste ? Laissons le Dr James Jealous D.O. nous éclairer par une interview qu'il donna en décembre 1998, publié dans la revue THINKING, numéro 4 par la Sutherland Cranial Academy of Belgium (SCAB):

 

" La biodynamique de l'ostéopathie est un modèle physiologique et thérapeutique d'autocorrection, un phénomène d'autorégulation associé à la puissance et à l'intention du Souffle de vie. Basée sur la perception directe des lois naturelles, cette vue biodynamique de l'ostéopathie émane du dernier modèle de Sutherland concernant l'activité crânienne. 

 

L'ostéopathie a été pendant très longtemps honteusement cachée,  et cache encore –pour différentes raisons – son plus Grand Mystère et ses ressources qui sont de reconnaître une Sagesse Suprême à l'œuvre afin de percevoir plutôt que de palper. C'est l'Âme de l'ostéopathie. Une Âme qui ne compromet en rien la beauté et la conscience qui s'étend au-delà de notre intellect. L'intégrité requiert que l'on parle de la vérité non diluée. Nous sommes de parfaits débutants inspirés, impressionnés, surpris, vifs et en recherches personnelles pour soi-même. "

 

Ainsi la vue biodynamique de l'ostéopathie dans le domaine crânien reconnaît que les forces embryologiques, qui ont créés l'embryon, sont également les forces de croissance et de développement et les forces réparatrice qui se maintiennent tout au long de la vie. Travaillant avec ces forces homéostatiques thérapeutiques , le praticien est en mesure de communiquer avec la réharmonisation du corps dans son ensemble, à travers le désengagement interne, la synchronisation et la transmutation au sein des tissus, des liquides. 

 

"The embryological forces of growth and development are present throughout life as healing and sustainning metabolic processes. This premise is the foundation of Biodynamics." James Jealous D.O.

 

Aujourd'hui, l''enseignement biodynamique de l'ostéopathie dans le champ crânien comprend 9 phases de 4 jours. Il est actuellement dispensé dans le monde (USA, Canada, Scandinavie, Japon, Australie, Russie, Brésil, France, Belgique ...) par une faculté d'enseignement dirigée officiellement par le Docteur Jealous. 

Faculté d'enseignement biodynamique dans le champ crânien en ostéopathie avec le Pr en embryologie Raymond Gasser. Convention nationale Allemande, Weimar, 2012.

An animation showing rhythmical movements in the human embryo during development. The MORPH movie was produced by C. Paidas, G. Hutchins and R. Moreale at The Johns Hopkins University, School of Medicine, Section of Surgical Sciences, Division of Pediatric Surgery and the Department of Pathology in Baltimore, Maryland, 1999.

Le Dr Rollin Becker

Le Dr Rollin Becker (1910-1996) était un homme discret qui parlait peu et donc parfois peu connu du paysage ostéopathique et pourtant ... il consacra toute sa vie à l'étude de l'ostéopathie. Suivant les directives de Still et W.G. Sutherland, il apprit à la source la plus compétente possible que les forces vivantes existent au sein du corps vivant. 

 

D'après Anne Wales D.O. : "Parmi les étudiants de William Garner Sutherland D.O., Rollin E. Becker D.O. fut de ceux qui écoutaient et réfléchissaient à la signification et à l’importance de ce qu’ils apprenaient." Ainsi le Dr Becker est l'ostéopathe qui a pensé et intégré la philosophie de ses mentors dans sa pratique comme nul autre.

 

Soixante années d'expérience clinique l'amenèrent à souligner l'importance du mouvement et de l'immobilité. Selon lui, la véritable « santé » correspond à une liberté totale de mouvement à l'intérieur d'un être vivant et ce, à tous les niveaux : corporel, mental et spirituel. Il comprenait également que le pouvoir de la vie réside dans l'immobilité qui centre le mouvement. 

 

Il percevait l'existence d'un potentiel inhérent, d'une puissance se manifestant au sein de tous les êtres vivants pendant la durée de leur vie. En pratique ces propriétés de la vie, du mouvement, du potentiel inhérent et de l'immobilité sont autant de ressources disponibles permettant le rétablissement de la santé.

 

Deux ouvrages de référence furent publiés à ce sujet, Life in motion et the Stillness of life. Des recueils de textes publiés et de transcriptions de conférences données tout au long de sa vie de praticien et d'enseignant. 

 

 

" La grande contribution de Rollin Becker, c'est non seulement d'avoir étendu à la totalité du corps humain la conception de  Sutherland d'un mécanisme respiratoire primaire cranio-sacré, mais d'avoir fait entrer ce mécanisme global, le « mécanisme involontaire », dans les techniques de traitement ; de l'avoir « utilisé cliniquement », selon sa propre expression – répondant ainsi à l'injonction de Still, rappelez-vous : « pourquoi ne pas utiliser cette puissance, qui le peut et qui le veut ? ». "Jacques Andreva Duval, Techniques ostéopathiques d'équilibre et d'échanges réciproques, édition Sully, 2008.

 

 

Il est intéressant de noter que comme ses prédécesseurs le Dr Becker portait un grand intérêt aux sciences fondamentales ainsi qu'à la spiritualité. Ainsi Dr Becker s'intéressa de près à la physique quantique et au rôle de l'observateur dans la relation thérapeute-patient. De plus nous savons aujourd'hui que le Dr Becker suivait les enseignements de Swami Chetanananda, un moine exilé aux USA qui travaillait aussi sur le potentiel de l'immobilité dynamique, qu'ils avaient lié une grande amitié et avaient un grand respect l'un envers l'autre.

     

        La vie dans l’homme est elle-même un homme, et le corps est l’empire qu’il contrôle. Pourquoi ne pas utiliser cette puissance qui le peut et qui le veut.
                                                                                             A.T.Still         

Le Dr James Jealous

Le Dr Jealous a dédié sa vie à la compréhension des lois essentielles de la nature et, en plus de ses qualités pédagogiques, ses connaissances et la finesse de son art font de lui un des ostéopathes les plus respectés de sa génération.

 

Le Dr James Jealous D.O. est né 1945, son père ainsi que son grand père étaient ostéopathes. Il commença ses études d’ostéopathie en 1965 à l’« Osteopathic College » à Kirksville dans le Missouri et fut diplômé en 1970. A cette même époque, il était assistant  en anatomie et enseignait déjà les classes inférieures, plus tard il y enseigna aussi les techniques fonctionnelles. Il commença 1971 a pratiquer à Milton dans le Vermont (USA) et a enseigné à l'University of New England College of Osteopathic Medecine qui lui a attribué le  "James Jealous Scholarschip for excellence in Osteopathic medecine ". 

 

En paralèlle dès 1966, il termina son premier cours à l'SCTF. Puis il rejoignit la Sutherland Cranial Teaching Foundation (SCTF) en tant que membre, et y enseigna à partir de 1975 avec son mentor Rollin Becker. Il fit partie du conseil d'administration jusqu'en 1993. De plus, dès 1973, J. Jealous rencontra le Dr Ruby Day, qui était avec W.G. Sutherland depuis ses débuts et a également enseigné à ses côtés. Elle vivait près de chez le Dr Jealous et il eut donc exclusivement le privilège d'être enseigné par elle, et ce jusqu'à sa mort au milieu des années 80.

 

En 1988, il commença avec le Dr Hogopian le « New England Osteopathic Studygroup » dont faisait partie Anne Wales (1904- 2005) depuis 1987. Cette dernière reste une figure indissociable de l'ostéopathie dans le champ crânien et une profonde source d'inspiration. En effet en 1943 elle assista avec son mari, M. Chester Andy D.O., à une conférence à New York donné par le Dr Sutherland. L’année suivante ils assistèrent tous deux aux cours du Dr Sutherland à New York. A partir du premier cours auquel ils assistèrent, les docteurs Wales et Handy consacrèrent leur carrière à étudier, exercer et enseigner le travail du Dr Sutherland. Le docteur Andy fut l’un des fondateurs de la Sutherland Cranial teaching Foundation, Inc. Le docteur Wales fut la directrice de l’édition de l’ouvrage Teachings in the Science of Osteopathy du Dr Sutherland. Elle travailla jusque l'âge de 101 ans ...

 

En 1994, le Dr Jealous fonda le modèle «The Biodynamics of Osteopathy » et débuta des conférences sur ce sujet. Membre de l' American Academy of Osteopathy, de l' American Osteopathic Association, de la Cranial Academy et du Sutherland Cranial Teaching Foundation, il a également été président de l'Osteopathic Center for Children à Londres. 

 

Ainsi à partir de 1997 il entreprit de nombreux voyages en Europe pour transmettre son l'enseignement de l'ostéopathie. Aujourd'hui il enseigne encore en Oregon aux Etats‐Unis et dirige la faculté au niveau international.

 

Pour en savoir plus sur le modèle biodynamique je vous invite à consultez cette interview du Dr Jealous réalisée par Horrigan, Bonnie. (1997, January) Jim Jealous, DO - Healings And The Natural World. Alternative Therapies, Vol. 3, No. 1.

Pour plus de précisions et de détails sur l'ostéopathie et son histoire, vient de paraître en plus des ouvrages cités précédemment une excellente biographie d'A.T.Still "From the Dry Bone to the Living Man" de John Lewis, ou visiter le très bon site de notre confrère Pierre Tricot, traducteur de nombreux ouvrages du Dr Still notamment et enseignant l'approche tissulaire de l'ostéopathie. Concerant l'approche biodynamique de l'ostéopathie dans le champ cânien vous pouvez consulter ce très bon article en anglais de John M McPartland et Evelyn Skinner tous deux D.O. via le lien suivant : The biodynamic model of osteopathy in the cranial field .

Sue Turner D.O.